Parler contraception à son ado

MaNews, le journal à la carte
Je vérifie si j'ai gagné
Sincères félicitations !

Vous êtes parmi nos gagnants potentiels.

Votre adresse email a été choisie pour tenter de remporter un appareil électroménager en participant à notre grande enquête !

Je vérifie si j'ai gagné

Parler contraception à son ado

Maison, Enfants et Animaux
Partager

4.8 / 5

La note des lecteurs

Parler contraception à son ado
C'est sans aucun doute un moment dont les parents se passeraient bien. Et pourtant il le faut. Bébé est devenu grand. Il est temps de parler contraception.
Voici venu le temps des adolescents... et avec lui son petit lots de tracas. Les parents qui s'inquiètent, les enfants qui s'entêtent. C'est justement ce qu'il faut éviter.

A ne pas faire sous peine de braquer votre ado. Inutile de tourner autour du pot pendant des heures. Votre ado connaît bien souvent le sujet. Alors on oublie, les petites phrases qui pourraient mettre votre enfant mal à l'aise : exit les entrées en la matière bien pesantes. Si vous ne voyez toujours pas, oubliez les considérations physiques qui touchent un peu trop à la pudeur de votre adolescent. Autrement dit, pas de «  ton corps change, tu es presque un homme maintenant », ni de « ma puce, j'ai bien vu comment les hommes te regardent ».

Légèreté et respect de la vie privée. C'est la recette magique pour être bien entendu par votre fils ou votre fille. « Tu dois sûrement savoir tout ça, mais je voulais t'en parler. Cela me rassure de faire un point. » Il est possible qu'à ce stade, un ?il accusateur et méfiant se pose sur vous. Pas de panique, faites comprendre à votre ado que vous ne cherchez pas à connaître les détails de sa vie privée, mais qu'à son âge il faut savoir se protéger et ne pas sous-estimer les risques. Il suffit d'un rapport sexuel non protégé pour tomber enceinte. Et tant que l'on connaît peu son partenaire et que l'on n'est pas assuré à 100% de sa bonne santé, on utilise des préservatifs. Autant pour se protéger soi-même que par respect pour l'autre.

Se rassurer soi-même avant de rassurer votre adolescent. Si parler contraception vous gêne, ou si vous estimez que votre maladresse risque d'agacer votre enfant, passez le relais à un autre. Prenez par exemple un rendez-vous avec une gynécologue à votre fille. Le médecin trouvera les mots, il établira la prescription adéquate. Pour un garçon, c'est peut-être plus compliqué. Enfin, comme nous vous le disions, il n'est pas nécessaire de prendre des gants. La plupart du temps, les jeunes ont des préservatifs sur eux avant de faire l'amour. 

Enfin petite mise au point : mieux vaut prévenir que guérir. Avis aux parents frileux, plus votre enfant sera informé, plus il sera protégé. Nombreux sont les pères et les mères qui redoutent que cette fameuse discussion provoque chez leur progéniture un passage à l'acte plus tôt que prévu.

N'hésitez pas à visionner cette vidéo où un médecin répond aux inquiétudes des parents.

N., rédaction MaNews

 

Partager

4.8 / 5

La note des lecteurs

Loading
Je m'inscris ici gratuitement
Merci de saisir votre prénom
Widgets MaNews